Trois individus de nationalité américaine, britannique et ivoirienne meurent dans un accident et se retrouvent en Enfer.

Après quelques temps, l’Américain désireux de savoir si, enfin, le terrorisme a été totalement résolu, sollicite la possibilité de passer un coup de fil vers l’Amérique.
Le diable accepte et lui facture, aussitôt le coup de fil terminé, les trois minutes à trois millions de dollars. L’américain sort son carnet de chèque et s’acquitte de sa dette sans sourciller…

Le britannique, à son tour sollicite la même faveur, afin de s’enquérir de la santé de la Reine Elisabeth…
Le diable accepte et lui facture, aussitôt la conversation achevée, les trois minutes à 4 millions de dollars que notre ami s’empresse de payer…

Ce fut, enfin, au tour de l’ivoirien.
Ce dernier hésitant du fait de la faiblesse de ses moyens, se décide quand même à demander l’autorisation d’appeler en Afrique pour avoir des nouvelles du continent. Satan accepte et là commence une longue conversation téléphonique au cours de laquelle l’ivoirien apprend qu’une guerre civile fait rage en Côte-d’Ivoire, que le sida continue de progresser sur l’ensemble du continent, que les Togolais s’affrontent, que le Jolo a coulé au Sénégal, que la famine et les criquets sévissent au Burkina et au Mali, etc…etc…etc… La conversation s’achève enfin au bout de trois heures ! L’Ivoirien osant à peine regarder le diable, lui demande en bégayant, le prix de la communication.

Le diable tout serein répond :
— Oh, pour les trois heures ça fait trois dollars !

Surpris, l’Ivoirien demande :
— Mais co… co…comment ça se fait ???
— Et bien, de l’Enfer à l’Enfer, c’est un appel local !!!