C’est l’histoire d’un notaire dans sa grosse cylindrée qui grille un feu rouge et percute une voiture. L’autre voiture est une fourgonnette, conduite par un agriculteur.

Comme souvent dans ces cas là, ce n’est pas celui qui est dans son droit qui gueule le plus fort… Ici, c’est le notaire qui commence à insulter le paysan pour ne s’être pas arrêté. Un comble !

Mais le paysan ne s’en fait pas pour autant. Il dit au notaire :
— Bah, restez calme ! On verra plus tard pour les dégâts à nos voitures. Le plus important, c’est quand même que ni vous ni moi ne soyons blessés ! Je suis viticulteur et aujourd’hui, j’allais livrer des bouteilles de muscat à un restaurateur. Je vous propose de trinquer avec moi pour nous remettre de nos émotions. Il doit bien rester une bouteille qui ne s’est pas cassée, là, derrière…

Alors le viticulteur passe à l’arrière de la camionnette et en ressort avec une bouteille. Il la tend au notaire, qui ne proteste pas et s’en prend une bonne gorgée.

Puis le notaire dit :
— Mais vous ne trinquez pas avec moi ?
Alors le fermier répond :
— Non, je pense que je vais plutôt attendre que les gendarmes arrivent…