Tahar rentre chez lui en auto et crève un pneu. Il sort son cric pour changer tranquillement sa roue.
Djamel arrive en Scooter, s’arrête, va vers le coffre de l’auto de Tahar, revient avec un pied de biche, et explose le pare-brise de la voiture de Tahar.
Tahar, s’écrie :
— Mais, ti fou, Keske ti fé ?
Djamel, lui répond :
— Toi, ti continues à prondre li roues et moi dji pron l’oto-radjo !

Moralité : Mieux vaut Tahar que Djamel