La recette américaine pour faire un film

  1. Si votre film se déroule dans une maison hantée, il est indispensable que les actrices se lancent à la recherche de l’origine des bruits mystérieux qui les empêchent de dormir, la nuit et dans leurs sous-vêtements les plus sophistiqués.
  2. Rappelez-vous que, poursuivi dans une ville américaine, votre héros aura toujours la possibilité de se cacher dans une parade de la Saint Patrick ou du nouvel an chinois à n’importe quel moment de l’année.
  3. Tous vos lits doivent être munis de draps spéciaux capables de recouvrir l’héroïne jusqu’à ses aisselles et le héros jusqu’à la taille.
  4. N’importe qui peut faire décoller un avion, à partir du moment où il se trouve quelqu’un dans la tour de contrôle pour lui en donner l’autorisation.
  5. Si votre héros doit se cacher dans un immeuble (et il le devra forcément…), rappelez-vous que le système de ventilation est parfait pour ce genre de situation. Personne ne pense jamais à y chercher le fugitif et c’est un excellent moyen pour lui de se rendre d’une pièce à l’autre sans aucun problème.
  6. Il sera possible à votre héros de se sortir de n’importe quelle guerre ou catastrophe naturelle, à moins qu’il ne commette l’erreur fatale de montrer la photo de sa bien-aimée qui attend son retour avec impatience.
  7. N’oubliez jamais que votre héros est un superman au cœur tendre : Il peut se faire rouer de coups pendant plusieurs heures sans bouger une oreille, mais dès qu’une jolie femme tentera de désinfecter ses plaies, il souffrira terriblement.
  8. Le chef de votre équipe de police doit impérativement être afro-américain ou latino-américain.
  9. Quand votre héros devra payer sa course de taxi, ne vous inquiétez de rien : quel que soit le billet qu’il prendra au hasard, ce sera obligatoirement le prix exact demandé par le chauffeur, généreux pourboire compris.
  10. Votre cuisine doit impérativement être dépourvue de lampe, ainsi lorsque votre héros s’y déplacera furtivement dans la nuit (à la recherche d’un bandit ou d’un yaourt), il utilisera la lampe du frigo (ce qui vous sera également utile si vous décidez d’embrayer sur une scène d’amour torride : l’éclairage tamisé est de rigueur !)
  11. Lors de son enquête, votre héros devra se rendre au moins une fois dans un club de strip tease.
  12. Avec une seule allumette, vous pourrez éclairer un espace aussi vaste qu’un terrain de football pendant plus d’une heure.
  13. Rappelez-vous que les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être : ce n’est pas parce que votre héros roule sur une ligne droite qu’il ne doit pas régulièrement tourner le volant à gauche et à droite d’un geste rageur et vigoureux.
  14. N’importe quel homme mis en joue par 20 personnes a plus de chance de s’en sortir que 20 personnes mises en joue par un seul homme.
  15. Dans votre film, la plupart des gens devront tenir avec minutie un album rempli de vieilles coupures de journaux, surtout si un membre de leur famille a perdu la vie dans un mystérieux accident de bateau.
  16. Lors d’un combat, ne craignez jamais pour la vie de votre héros : même s’il doit affronter plus d’une vingtaine de méchants, ils attendront tous patiemment que leurs alliés se fassent massacrer pour l’attaquer en poussant des cris et agitant leurs couteaux d’un air menaçant.
  17. Lorsque votre héros confiera ses plus intimes blessures à l’héroïne, la larme à l’œil et la phalange hésitante, au lieu de le faire parler en face d’elle, placez-le derrière et arrangez-vous pour qu’il s’adresse à son dos ou à son cou, tandis qu’elle versera abondamment les larmes qu’il retiendra (c’est un héros, il ne peut pas pleurer, quand même !)
  18. Lorsque le fou psychopathe de votre film s’échappera de son asile ultra sécurisé au moyen d’une cuillère affûtée et d’un savon taillé en forme de revolver, arrangez-vous pour qu’il y ait une terrible tempête et une coupure totale d’électricité (éventuellement même un nuage électromagnétique émanant d’une usine chimique désaffectée, qui rendrait impossible toute communication par portable interposé).
  19. Lorsque, à quelques secondes de l’explosion définitive de la terre, votre héros se lancera à la poursuite des bombes à désamorcer, qu’il ne s’affole pas : elles sont toutes connectées au même détonateur, lui même relié à un réveil à grand écran et chiffres rouges, pour qu’il sache, à n’importe quel moment, combien de secondes il lui reste pour sauver le monde.
  20. Les problèmes de parking ne sont pas d’actualité : votre héros pourra toujours se garer à l’entrée de l’immeuble où il doit se rendre.
  21. Lorsque votre héros ou votre héroïne seront poursuivis par le méchant qui veut les tuer, le fou psychopathe qui veut les découper en rondelles, ou le flic débile qui n’a rien compris et veut les arrêter, ne faîtes jamais démarrer leur voiture avant la dernière seconde.
  22. Lorsque quelqu’un laisse un message de la plus haute importance à votre héros, ne le laissez pas en prendre connaissance, surtout s’il s’agit de sa petite copine avec laquelle il est en froid, et qui veut lui donner une dernière chance (ça l’empêcherait de la tromper avec la méchante et de se faire plus tard pardonner en la demandant en mariage devant tous ses coéquipiers).
  23. La meilleure façon de pousser votre héros et votre héroïne à flirter est d’envoyer en fond sonore une musique romantique ou sensuelle.
  24. Si votre héros est un policier, il ne pourra résoudre son affaire qu’après avoir été démis de ses fonctions (parce personne le croit : forcément, il est trop malin…).
  25. Dans votre film, les étrangers devront parler anglais entre eux, même si le film se joue au fin fond de la Papouasie.
  26. Il est strictement interdit de désamorcer une bombe avant l’ultime seconde.
  27. Lors d’une poursuite en voiture (élément indispensable au succès de votre film), il doit nécessairement y avoir une grande plaque de verre que deux âmes en peine trimbalent à travers la ville, et dans laquelle le héros ne manquera pas d’encastrer sa BMW flambant neuve, ou bien une épicerie orientale pleine de pastèques, de poulets et de bouteille d’eau dont l’unique but existentiel est de se faire exploser.
  28. Le méchant doit toujours avoir une connexion avec le passé du gentil (leurs pères ont fait la guerre du Vietnam ensemble, ou alors ils étaient amoureux de la même femme, etc.)
  29. Peu importe que votre héros ait un chargeur contenant seulement 6 balles, il pourra quand même tirer plus d’une centaine de coups avant de s’écrier d’un air rageur « Putain, le chargeur et vide », exactement en même temps que le méchant, avant de balancer son flingue avec beaucoup de majesté pour signifier au méchant qu’il veut résoudre leur différent à mains nues comme un héros vaillant qu’il est.
  30. Enfin, le jour où vous donnerez vos interviews, exclamez-vous avec enthousiasme que le tournage fut idyllique (tant pis si les 3/4 du temps votre acteur principal était bourré, l’actrice principale en dépression à cause de son 4ème divorce, et le reste de votre équipe vous servait de défouloir géant) utilisez souvent la phrase « Mais c’est un concept révolutionnaire : on n’avait jamais fait ça avant ! », répétez à qui veut l’entendre « Alison Hart (l’actrice principale) ? ! Mais je l’adore, je l’a-do-re !!! Je n’ai qu’une envie, c’est de retravailler avec elle » (et peu importe si, la dernière fois que vous l’avez vue, vous avez recommencé à fumer à défaut de lui agrafer votre paquet de cigarette sur le front…). Bref ne cessez de vous exclamer : « Réalisateur ? C’est le plus beau métier du monde ! Je suis vraiment verni ! » et arrangez-vous pour cesser de vous demander « Mais qu’est-ce que je fous là ? ! » en permanence…