— Ma parole, Jacob ! Je t’assure, le noir c’est pas une couleur !
— Sur ma vie, Simon, le noir c’est une couleur !
— Non, non, non, Jacob ! C’est pas possible ! Le noir, c’est noir ! C’est pas une couleur !
— Aiaiaie, Simon ! Mais tu veux ma mort ou quoi ! Puisque je te dis que le noir c’est une couleur !
— Non, le noir c’est noir, c’est pas une couleur !
— Écoute Simon, on va voir le Rabbi. Lui, il saura !
— D’accord Jacob. Mais le noir c’est pas une couleur.

Et les deux amis vont voir le rabbin.

— Rabbi, Rabbi ! Dis lui a Simon que le noir c’est une couleur !
— Aie ! La vérité que c’est pas une couleur Jacob ! Hein, Rabbi ?
— Ma parole !, hurle le rabbin, taisez-vous ! Le noir c’est une couleur ?…Le noir… une couleur… Eeeh oui ! Eh ! Le noir c’est une couleur.

Jacob et Simon repartent.

-Tu vois Jacob, le noir c’est une couleur.
— Eh oui ! D’accord, le noir c’est une couleur… Mais le blanc, alors la, c’est sur, c’est pas une couleur !
— Aiaiaie, Simon ! Mais bien sur que si que le blanc c’est une couleur !
— Aah non, sur ma mère, le blanc c’est pas une couleur, c’est blanc !
— Viens Simon, on retourne voir le rabbin.
— Rabbi, Rabbi ! Dis-le a Simon que le blanc c’est une couleur !
— Rabbi ! Hein que le blanc c’est pas une couleur !
— Ma parole mes enfants ! Le blanc… le blanc… Eeh oui ! Le blanc c’est une couleur.
— Eh oui, Jacob, tu avais raison, le blanc c’est une couleur…
— Alors tu vois Simon que la télé noir et blanc que je t’ai vendue, c’est une télé couleur !