On ne dit plus pute, ni prostituée, on dit travailleuse du sexe.
Et pourquoi pas technicienne génitale tant qu’on y est ?